Citoyens et pouvoirs locaux

L’éolien participatif est une forme d’éolien qui implique principalement trois acteurs (développeurs, citoyens regroupés en coopératives et pouvoirs locaux) en vue de construire un projet éolien.

Les motivations au lancement de tels projets ne sont pas seulement liées à la promotion des énergies renouvelables, mais sont bien plus larges :

Encourager une appropriation énergétique locale

Plus de 90% de l’énergie consommée en Wallonie est importée de l’étranger et plus de 90 % des installations de production belge sont détenues par des sociétés étrangères. Suite à ce double constat, les acteurs de l’éolien participatif proposent un modèle de développement ou de renforcement énergétique local assuré par un tissu d’actionnaires locaux.

Améliorer l’acceptation communale et sociale des projets

La Région wallonne s’est engagée à respecter les objectifs fixés par le paquet énergie climat européen: produire, à l’horizon 2020, 13% de sa consommation énergétique à partir des sources d’énergie renouvelables. Atteindre cet objectif ne pourra se faire sans une acceptation considérable de la part des citoyens et des autorités locales. Cette acceptation locale est fortement liée à l’implication des riverains et des autorités communales dans les différentes phases du projet éolien, de la conception à l’exploitation.

Plus d’informations sur l’acceptation sociale en Wallonie et en Flandre.

Favoriser un modèle économique de type circuit court

En devenant fournisseurs d’électricité, les coopératives éoliennes utilisent l’idée de circuits courts : l’énergie va du producteur au consommateur sans passer par un intermédiaire. En Flandre, on observe que ce modèle donne au coopérateur accès à une électricité propre, locale et moins chère : Ecopower fournit une électricité de 5 à 20% moins chère que ses concurrents.

Amorcer un réinvestissement local, encourager la création d’emplois

Les dividendes des coopératives sont le plus souvent limités légalement (à 6%) mais les surplus de rentabilité peuvent être réinvestis dans de nouveaux projets en énergie renouvelable. Les communes peuvent également trouver dans l’éolien une opportunité pour la création d’une structure locale capable de générer des recettes importantes et de les réinvestir dans des projets énergétiques durables, en collaboration avec les entreprises locales et les riverains, comme par exemple la mise en place d’un réseau de chaleur, d’une centrale biomasse, l’isolation des bâtiments sociaux ou l’installation de panneaux solaires.

Réduire la demande en électricité

L’expérience récoltée à travers les coopératives existantes dans le nord du pays permet de conclure que lorsque le consommateur devient propriétaire de son électricité, il en devient responsable et en consomme mieux et moins. Dans la plus grande coopérative de Belgique (Ecopower, 30.000 coopérateurs), plus de 95% des coopérateurs réduisent leur consommation d’année en année.

En pratique, plusieurs formes d’implication citoyenne peuvent être imaginées et ont été mises en place en Wallonie :

  • Les coopératives dont des citoyens, riverains ou non de parcs éoliens, sont actionnaires se sont développées. On dénombre actuellement près de vingt coopératives éoliennes formées ou en formation en Wallonie (Energie 2030, Allons en vent, Emissions Zéro, Clef, Courant d’air, Fée électrique, Lucéole, Vents du Sud, Ferréole, Nosse Moulin, Siteol, Havéole, Vent+, Alert Sassouffl, Tchestéole, Ourthéole, Meix Energies, Atout Vent, Outhonomia, Vent d'Amblève, Vendange, Champs d'énergie...). Parmi ces coopératives, seules Energie 2030 et Ecopower (en Flandre) disposent actuellement de la licence pour la distribution de l’électricité mais d’autres sont résolues à tenter l’aventure. Pour se renforcer et exister en tant qu’acteur propre, les coopératives se sont regroupées dans la fédération REScoop (RES signifiant « Renewable energy source »).
  • Les pouvoirs publics (et notamment les communes) peuvent également être partenaires dans les projets éoliens. On parle généralement de « partenariat public-privé-citoyen ». On peut citer les exemples de Villers-le-Bouillet avec Enercity et de Dour-Quiévrain avec « Les moulins du Haut Pays » ou encore l'implication de la commune de Houyet dans l'exploitation du parc éolien.

Quelques statistiques sur l’éolien participatif.

 

Documents utiles :