Equilibre sur le réseau

Le réseau électrique belge, actuellement fortement centralisé, est amené à évoluer afin d’intégrer les nouvelles unités de production décentralisées telles que les éoliennes.

La zone située à l’est de la province de Liège, appelée la « boucle de l’Est », caractérise bien cet enjeu. Les unités décentralisées y produisent plus que ne le demandent les besoins de consommation locale. L’électricité non consommée doit donc être acheminée vers d’autres lieux de consommation. De plus, vu l’important potentiel venteux de cette région, de nombreux projets éoliens y sont en cours de développement, pour un total qui dépasse les 200 MW. Le réseau local a dès lors atteint la saturation.

D’importants travaux d’adaptation des lignes existantes et de renforcement du réseau tels que l’installation de nouveaux pylônes à haute tension et de nouveaux transformateurs sont d’ores et déjà prévus. Toutefois, le gestionnaire du réseau de transport Elia développe également les solutions qui permettent d’optimiser le réseau actuel. En effet, afin d’éviter d’investir dans de nouvelles unités de production d’appoint qui tourneraient relativement peu de temps, ou d’engager de lourds travaux de renforcement du réseau, il est souvent plus intéressant d’agir au niveau de l’offre et de la demande.

Les smart grids, ou réseaux de distribution « intelligents », sont appelés à devenir un outil de gestion efficace du réseau. L’intérêt des réseaux intelligents consiste en une meilleure mise en phase de la consommation d’électricité avec les cycles naturels de production d’énergie. Il s’agira, par exemple, de donner un signal vert au fonctionnement des lave-linge lorsque la production photovoltaïque est suffisante, ou d’interrompre la production d’électricité lorsqu’il y a risque de congestion sur les réseaux électriques.

Ils permettront ainsi d’optimiser l’équilibre entre l’offre et la demande d’électricité. Pour ce faire, ils géreront à distance et de manière automatique tant les producteurs que les consommateurs d’électricité, pour autant que ceux-ci aient marqué leur accord. Les smart grids auront donc pour effet de permettre d’économiser de l’énergie, d’optimiser le réseau et d’en réduire les coûts.

 

Production flexible

En souscrivant un contrat flexible, certains producteurs d’électricité acceptent de mettre leur production à l’arrêt pendant quelques heures, afin d’éviter la congestion du réseau.

Cette solution est avantageuse pour chaque partie : elle permet d’installer des unités de production décentralisées là où le réseau nécessiterait des travaux d’adaptation, et offre au producteur une compensation financière en échange de sa flexibilité.

 

Gestion de la demande

Afin de garantir l’équilibre sur le réseau, et dans le but de diminuer temporairement ou de déplacer la demande, les industriels, gros consommateurs d’électricité, ont la possibilité de souscrire auprès d’Elia un contrat d’interruptibilité. Lorsqu’il n’y a pas d’impact sur son processus industriel, les consommations d’un « client interruptible » peuvent être réduites ou interrompues pendant une période qui ne pourra excéder 8 heures pour une capacité de minimum 5 MW, en échange de quoi il perçoit une compensation financière.

En cas d’incident soudain ou de pénurie d’électricité (pic de la demande suite à une période de grand froid par exemple), et au cas où l’interruption de gros consommateurs se serait avérée insuffisante, Elia a la possibilité de réduire l’éclairage des bâtiments publics ou d’interrompre l’éclairage des autoroutes ou, en dernier recours, de couper l’accès au réseau par blocs de 500 MW, c’est-à-dire de « délester » temporairement certaines zones rurales.