Foisonnement

Lorsque l’on parle de foisonnement éolien, on évoque l’idée que des parcs éoliens nombreux, interconnectés et bien répartis géographiquement permettent d’atténuer la variabilité de leur production. Ce phénomène de lissage de la production éolienne globale se vérifie-t-il dans les faits ?

Des variations de production peuvent survenir entre des turbines au sein d’un seul parc. Des variations peuvent également s’observer entre un grand nombre de parcs éoliens. Toutefois, une chute soudaine de la production éolienne d’un pays dans sa totalité est une hypothèse improbable. A l’échelle du continent européen, elle est virtuellement impossible.

Une étude belge (Bettens, 2011) démontre que le foisonnement des parcs éoliens en Wallonie permet d’atténuer la variabilité de la production et donc de réduire l’impact de l’intermittence sur la production. Alors que, individuellement, certains parcs ont besoin d’une compensation équivalente à 60, 70 voire 80% de leur puissance installée au moins une fois par an, la mise en commun de la production des 6 parcs étudiés a connu, au cours de l’année 2010, une seule fois une chute de 40% de sa puissance installée et deux fois une augmentation de 35%. Les variations extrêmes s’atténuent donc fortement par rapport à celles constatées sur un parc isolé.

Le rapport IEA Wind Task 25 arrive à des conclusions similaires. Les trois graphiques ci-contre permettent de comparer la production d’une seule turbine, d’un parc de 72,7 MW et de l’ensemble du parc allemand (lorsque celui-ci totalisait 15.900 MW). Les résultats mettent eux aussi en évidence une atténuation de la variabilité puisque la production cumulée des parcs éoliens s’avère lissée, sans presqu’aucune chute à zéro.

L’effet de foisonnement est donc d’autant plus important que le nombre de parcs est connecté et que les réseaux nationaux sont interconnectés entre eux.

Exemple de production d’une turbine unique, d’un parc éolien et de l’ensemble des parcs allemands (21-31.12.2004).


Source : rapport IEA Wind Task 25, p. 21

Lorsque la densité d’un parc éolien offre un foisonnement important, il est donc rare qu’un back-up pour l’ensemble de sa puissance soit nécessaire. Dans le cas peu probable où le parc éolien complet est à l’arrêt, il est souvent plus intéressant, économiquement et énergétiquement, d’importer la quantité d’énergie nécessaire ou d’interrompre certaines consommations. Cela permet d’éviter des coûts d’investissement dans des centrales d’appoint.